Ce site est consacré aux enceintes Spendor

Ce site est consacré aux enceintes d'exception

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Tuner Scott 570TL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

La civette

avatar
Admin
The Vintage Corner
________________________________________
The Scott Tuner 570TL







Jo - Mars 2008
• Présentation
• Premières impressions
• Retour à Paris
• Spécifications techniques
• Photos

________________________________________
Tuner 570 TL - Présentation
A la recherche depuis plusieurs semaines d’un tuner aussi performant que musical, suite à deux échecs d'achat de Kenwood KT 5020, et la revente impromptue de l’un de mes excellents petits Marantz 400L voici ce que les heureuses circonstances m’ont permis d’apprécier.

Un Scott 570 TL. Ce tuner a été produit vraisemblablement dans les années 1978 à 80. Boîtier en métal, une belle façade en aluminium, c’est à cela que se reconnaissent les années 70 en Hifi. Tels étaient les premiers ingrédients du succès esthétique de ces années.

Ce bel appareil m’est arrivé sans crasse, ni graisse, ni boue, ni substances dont on aimerait taire l'origine. Premier bon point. Cette « radio » est dotée d’une très belle présentation qui me semblait d’ailleurs beaucoup moins bien finie sur les photos que l’on voit régulièrement sur les Baies. Je procède au sempiternel nettoyage de surface: dégraissant qui redonne les couleurs à son capot, en parfait état; alcool à 90°C un peu partout, sur les contacts ainsi que prise secteur... Oui je suis un grand maniaque de la qualité et de la propreté des contacts. Pas touche avec les doigts ! On n’est pas au Macdo !

Coton nickel... Bravo pour l'entretien, la propreté et l'attention portée à l'aspect du Scott. J’ai suivi les conseils avisés du fil : c’est à la pierre d’argent que j’ai « poli » le tout. J’ajoute pour la petite histoire que ce Scott m’a été offert par l'un de mes frères... C’est que nous aimons nous rendre de grands services mutuels! Comme vous pourrez bientôt le constater à la vue de ce « nu » pourvu de 4 cages... - les éclairages sont tous opérationnels, l'aiguille de réception taquine facilement les 4 ou 5… Lors des premiers tests, j’étais dans la maison familiale, au creux d'une vallée, une « cuvette » comme on dit.

A l’intérieur, nous distinguons une des deux "puces" avec logo Hitachi à s'y méprendre... un condo Elna, des résistances de belle facture... des condos "variables" Mitsumi... Si un jour, notre meilleur ingénieur pouvait nous expliquer le rôle de chaque élément de nos amplis, tuner…

Je trouve que le câblage manque cruellement de soin ; les fils semblent hésiter à s'enlacer! Ce n’est pas un Mcintosh ni un Accuphase, mais j’aurais bien apprécié une présentation plus « propre » de cette ramification. Nous ne sommes pas en train de découvrir un récepteur de mini-chaîne ! L'alimentation, à son tour, me semble un peu chiche... Enfin, un tuner n'a pas besoin d'une énergie atomique...

Au chapitre des fonctions :

• Le « Mute » est un plus, pas toujours assidu, surtout chez Marantz, fréquents cependant sur les bons kenwood. C’est très appréciable.
• La commande de volume d'entrée est aussi très pratique. C’est cependant sur la sortie fixe que j’ai connecté la meilleure modulation disponible. Crédulité volubile idiophile oblige.
• L'ergonomie est satisfaisante, toutes les commandes tombent naturellement sous la main. (En même temps, il n’y en a pas cinquante!) Bref, on ne se pose pas de questions. Rien d’inutile.

Comme le dirait Michel dans ses descriptifs de matériels, qui prennent un €uro à chaque adjectif et dix pour tout superlatif loué au dictionnaire des synonymes audiophiles odieux, filles ! « A l’écoute, ce tuner…tatata superbe tatatatata exceptionnel tata magnifiquiscientissimo de ce qu’on faisait de mieux ! »…

Premières impressions
Mes premières impressions étaient les suivantes :

Une réception un peu décevante en quantité... Sachant que je me suis un peu précipité à disposer l'antenne à fil un peu n'importe comment dans une pièce mansardée... Pas facile avec la poutre. De plus nous sommes ici dans le creux d'une vallée dont les hauteurs sont ceintes de grands arbres.

Une bonne station captée: tiens! Brothers in arms : "Your valees and yours farms..."

La retranscription me semble plus claire, plus nette, avec des timbres plus équilibrés que sur mon Marantz ST300 câblé au fil de Litz... (le litz fluidifie et retranscrit la musique avec beaucoup de naturel, mais lisse un peu les extrêmes).

Pendant l’écoute, je m’étonne de cette petite curiosité: la commande principale, appelée couramment Gyrotouch n'a pas de sérigraphie. On poursuit :

Tiens "Lola rastaquère" quel hasard... l'une de mes préférée, j'adore la période reggae de Lucien Ginsburg!

Le bilan des impressions dominantes est assez positif, on va améliorer la position de l'antenne... Mais en même temps, le ST 300L qui est dans la pièce principale (en rez de chaussée) ne capte quasiment plus rien. Pendant que j’y pense, je vois plus souvent de 510 et 530 que de 570, dans les annonces.
Retour à Paris
Banlieue parisienne : voici l’occasion d’une écoute en milieu urbain (symbole de la civilisation, mais curieusement le premier lieu où la sauvagerie gagne un peu de terrain chaque jour...); Le test y est très instructif sur les fluctuations intempestives des interférences. Les grandes stations sont mieux captées, le test sera plus probant que dans les champs...


En journée, il est difficile de capter absolument sans souffle. Le 400L était très sensible aux humeurs météorologiques et perturbations urbaines.

Calé sur France musique, une émission répertorie l’ensemble des styles de pièces musicales Menuet, Rondo, Berceuse, Passacaille, Valse, Mazurka…Très chouette cette émission.

00:25 Le léger souffle de la journée a disparu. J’écoute à niveau intimiste :

Le Scott met bien en valeur les particularités de chacune des stations. Mes écoutes se font pour la plupart du temps, sur TheSuperjazzthroughtheFieldsofjoy. Mes réserves se définiraient en ceci que l’on arrive à bout rapidement du répertoire imposé par les « tubes » du moment ou remis au goût du jour, passés cinquante fois dans la journée ! Il y a de quoi apprécier un bon Tiesto pour se venger !

Ella Fitz, au milieu, Gérald, qui la tient (…) une batterie au fond à gauche, un piano ouvert, une trompette avec étouffoir à droite, un Count Basie Orchestra comme tout ! Pas le meilleur enregistrement que je connaisse…Changeons de style.

Radio Cla. [sic]. Atmosphère hallucinante sur cet enregistrement en lieu de culte ! J’ai bien fait : Francis Poulenc. L’un des compositeurs que je connais le moins de cette riche période contemporaine de Ravel, Satie, Albeniz et juste postérieure à Debussy… Fauré.

Permettez-moi ce petit écart pour en appeler à l’incroyable attrait de cette période. Elle pourrait se définir en ceci : ce qui figurait le répulsif l’étrange, l’excentrique, se transforme en éveil cérébral et physiologique de l’imaginaire.

Les yeux s’écarquillent comme s’ils étaient les témoins imprévus d’un spectacle astral à ne pas manquer… Alors qu’il s’agit de musique, mon souffle tantôt s’approfondit, tantôt se relâche, se bloque, le diaphragme sert le cœur et ceint le thorax, les muscles se raidissent, le sang pulsé par les rythmes d’un cœur affolé fait siffler mes oreilles ! Séduite par ces sons étranges, ma curiosité se laisse enfin enchanter par cet abstrait fantaisiste, allégorique, mais si visionnaire ! Nous voguons sur des surfaces sans substance palpable. Ici règne l’authentique, le brut de tout acquis culturel ou civilisé, il n’y a que du naturel. Du relief, de la distance, du tactile... Les images sont matérielles, les objets sont audibles. Les temps n’ont plus ni rythme ni logique prédéfinis. Ici se dessine l’incertain… L’insignifiant devient l’important suprême, le solide n’est plus que superfluité… Ces mouvements sonores qui agissent sur le tissu nerveux, comme sur un point de jonction ou de réserve neurophysiologique, créent d’eux même des souvenirs puis ancrent la conservation de ce passé dans une mémoire pourtant bien lourde! Une musique ? Une musique qui crée du souvenir ?…Voilà le comble de l’art et de l’imaginaire !… Un jeu intérieur, celui de la pensée avec elle même…? Pas seulement. Cette musique à elle seule nous fait vivre et revivre le rapport de l’imaginaire aux états et mouvement de notre corps !

Quelle chant ! Sous ses aspects volontairement étranges, se forment les échos, les images mieux ! les objets de nos affects : l’historique, forcément nostalgique, fugitif et frêle, l’éternité d’un seul instant ! Réveil par le sursaut de cymbale, l’histoire reprend la forme des conquêtes ! La danse sur piano dont la course un peu folle, mais toujours élégante et fière nous figure un tableau où seule la liberté importe !...Pourvu que l’on ne la questionne pour rien au monde et que toutes les tentations soient possibles!!! La musique des phénomènes du corps humain… à notre insu, on en redemande ! Et si tout ceci n’était pas « dans nos têtes » mais bel et bien dans cette musique ?!

Parmi tant de mystères que nous souhaiterions percer –que la vie nous soit favorable à renouveler nos tentatives à une cadence la plus effrénée en ce qui concerne celui de la Création - ne touchons-nous pas à ce qu’il y a de plus sacré dans la musique ? Celui de l’inspiration musicale puisée dans le langage du corps… qui s’étudie elle-même ?

Une mauvaise électronique permettrait-elle ce voyage cérébral ?… Une mauvaise électronique n’inciterait-elle pas à baisser, changer de station, de CD, d’activité ? Ce n’est pas le cas de ce tuner.
Puisque l’imagination a pris une place inaccoutumée pour un «CR », je pourrais évoquer comme supérieure une transcription holographique, où les formes de chaque objet, instrument ou de l’enveloppe corporelle des chanteurs et de bois pour les cordes, soient visibles à l’oreille !... Je n’en ai malheureusement jamais entendu de tuners comme celui de cet ultime caprice. Et pourtant, ce Scott m’en donne un aperçu honorable, et me convainc qu’une source de ce type sans concession peut égaler voire supplanter cd ou vinyles… Vivement que je gagnagnasse au loto !

Pour revenir sur terre et tenter une comparaison, je situerais ce tuner dans la famille sonore du Marantz 400L. La proposition de ce dernier me semble encore plus riche en timbres avec une modulation très plaisante et loin de ce que l’on pourrait imaginer en grimaçant à la vue de l’estampille « ST ». Le Scott m’apparaît cependant meilleur en définition, en dynamique sur crêtes et en qualité des silences. En cela il se rapprocherait du Kenwood KT 400L, de même gamme, avec une bande passante bien plus large, sans défaut. Le hic de la proposition du Marantz, c’est qu’il restreint les écoutes aux meilleures stations. Celles qui se comptent sur les doigts d’une main. Là c’est excellent pour du bon tuner vintage comme nous les aimons. Surtout pour une gamme plutôt basse et accessible. Les autres stations sont quasi inaudibles.

Avec le 570, les transcriptions des stations sont plus « clémentes » avec leurs défauts. L’écoute reste particularisée analogique: lisse, avec moins de « ruptures » des timbres des instruments. Les voix des speakerines se diffusent dans la pièce de manière assez naturelle et crédible. C’est une femme qui parle, et non une simple voix coincée dans un tuyau ou une boîte à chaussure. Pas de définition forcée et artificielle donc.

A l’usage, le changement de stations me paraît agréable, puisque précis et relativement rapide, mais je regrette que l’affichage ne soit pas intelligible depuis le canapé.

Spécifications techniques
Voici maintenant les spécifications… traduites par mes petits moyens de l’Allemand. En même temps, vous remarquerez qu’il n’y a que des « quantités » ! Je terminerai enfin en avouant donc, que ces chiffres, comme beaucoup de chiffres ne me parlent absolument pas !!!

SCOTT AM/FM Stéréo Tuner 570 T, Caractéristiques techniques -FM-AM :

Sensibilité d'entrée: HF-Sensibilité d'entrée 250 μ V / m
26 dB DIN mono 40 kHz, 75 ohms 0,7 μ V Rapport signal / bruit 50 dB
46 dB DIN mono 40 kHz, 75 ohms 2,3 μ V de séparation 45 dB
46 dB DIN stéréo 75 Ohms 40 μ V, 23 kHz Fréquence miroir oppression 60 dB
IHF Mono 30 dB 300 kHz, 75 ohms 1,8 μ V/10, 3 dBf […] 515 .. 1620 kHz
IHF Mono 50 dB 300 kHz, 75 ohms (S / R) 3,5 μ V
IHF stéréo 50 Ohms 75 dB 300 kHz (S / R) 33 μ V
Rapport signal / bruit à 970 μ V (65 dBf), la tension d'antenne
Mono Stéréo 75 dB à 70 dB
Μ […] à 970 V (65 dBf)
Mono Stéréo 0,1% 0,2%
Réponse en fréquence de + / - 2 dB 15 kHz 25Hz ...
Égalité de l'oppression d'onde de 1 dB Tension et fréquence 110/117/220/240 V, 50/60 Hz
Après (440 Hz) 70 dB
Miroir oppression fréquence 80 dB Puissance absorbée 20 W
Séparation stéréo 50 dB à 1 kHz
Immunité de compression 90 dB Dimensions H 140 B 430 T 350 mm
Auxiliaires porteurs d'oppression 65 dB
ZF-98 Mhz suppression de 90 dB Poids 5,9 kg environ
Le seuil d'inhibition 4,4 μ V
AM-55 dB oppression
Fréquences 87,5 Mhz 108 ...
________________________________________
Photos


















http://spendors100.monempire.net
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Aucun commentaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum