Ce site est consacré aux enceintes Spendor

Ce site est consacré aux enceintes d'exception

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

REGA P2 + PM 250 + ST 300L + SD 1000 + JM LAB DB19 + Caisson REL Q50...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

La civette

avatar
Admin
A suivre...

http://spendors100.monempire.net
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Comment se constituer une chaîne vintage, pratique, peu onéreuse et incontestablement musicale en rapport à l'investissement?

Certes, la présentation de cette série Marantz évoque d'emblée le début d'une nouvelle ère disposée à économiser ou rentabiliser à outrance les coûts de production... qui ont fait parfois virer certaines marques dans le rouge! C'est le cas par ailleurs du légendaire Tuner Marantz 10B...

Les préfixes PM, ST, SD, HD, TT correspondent aux références fabriquées à la seconde période Superscope qui a racheté Marantz. Pour rappel, il existe la période Saul B. Marantz, qui a conçu les modèles les plus prestigieux de la marque.(1;7C;7CR;7P;7T;7TR;2;5;8;8B;9;9R;14;15;15R;16;16B;16M;32;19;22;25;26;27;28;29;10;10B;10R;20;20B;23;23J...)

Les productions conçus et produits aux USA sont réputés être les meilleurs et les plus représentatifs de ce qui nous fait souvent préférer la musicalité des appareils vintage.

La première période Superscope correspond à toutes les fabrications avant les références Philips (PM...)

Parmi ces appareils, il y a de tout, quoique les toutes premières restent hormis l'aspect esthétique, très proches d'un point de vue électronique des produits Marantz/Superscope. D'ailleurs, mes cartons d'origine mentionnent toujours la marque Superscope.

L'ampli ci-dessus proposé en présentation n'est ni plus ni moins une évolution du 1050. Donné pour 2*25w FTC et 2*32w RMS sous 8 Ohms, il va sans dire qu'il préfèrera les enceintes faciles à alimenter. Après de nombreuses années d'utilisation avec les HD 440, qui timbraient bien mais plus gourmandes et limitées en puissance, cet ampli alimente des JM LAB DB 19 réputées à leur sortie, pour le prix, comme des enceintes dynamiques, dont la diffusion offre une restitution de grande ampleur. Leur caractère tend initialement à privilégier le grave et le médium, avec pour défaut principal à mes oreilles un tweeter qui manque de finesse, qui chuinte trop facilement et d'une fragilité assez désagréable. Qu'à cela ne tienne, un TC 120 remplacera avantageusement le TC90. Bande passante, finesse, discrétion, dynamique... tout sera amélioré dans ce registre.

Afin de parfaire un équilibre tonal très correct pour une enceinte de ce prix (4000 francs de notre chère ancienne monnaie), un caisson REL Q50 apportera le soutien des premières octaves si chères à obtenir dans des enceintes prêtes-à-écouter! Je compte cet achat parmi les meilleurs possibles pour transfigurer un petit système en grand système économique! En effet, la configuration de ce caisson nous permet de le brancher à l'aide de trois fils basse impédance directement en sortie HP de l'ampli, sans avoir à multiplier les longueurs de câbles comme c'est le cas en Home cinéma, ou sans être doté d'une sortie RCA "caisson"...

Un 30 cm en caisson clos de parois épaisses, bien découplées du sol, alimenté par un ampli de 50w RMS et 100w en pointe... je puis vous dire que cela améliore nettement l'ensemble de la restitution. Pour l'anecdote, certains n'ont pas hésité à utiliser ce petit REL avec des enceintes plus prestigieuses, d'origine Martin Logan, pour ne pas les citer! L'avantage souverain est que le caisson s'ajuste très facilement moyennant quelques réglages aux enceintes principales, sans en dénaturer les timbres ni l'équilibre.

Bien entendu, il ne s'agira pas de sonoriser un mariage ou un stade. Ce qui confirme la destination musicale de son usage, et non brutale pour les explosions de certains films de superproduction dont l'exorbitance métaphysique et la richesse culturelle les rendra sans effort à la fosse sceptique dans l'Histoire du cinéma.

Au sujet de la source, une REGA P2 montée en Shure MX97E mais plus agréablement avec la Denon DL 110, fait très bon ménage. La feutrine d'origine a été troquée par un achromate très lourd d'origine DUAL (une série spéciale dont j'ai oublié la référence...) qui me semble apporter plus de netteté et de précision sonore. Un bon réglage des ajustables, un nettoyage régulier des contacts à l'alcool à 90°, un petit filtre secteur en amont, une ligne tirée depuis le compteur uniquement pour la HI-FI, des câbles téléphoniques en guise de câbles HP comptent parmi les précautions et fantaisies adoptées par mes nombreuses expérimentations d'audiopathe.

Platine d'équerre, réglages au poil, disques entretenus et débarrassés des poussières affligeant l'âme des numériciens jusqu'au-boutistes... en avant la musique!

Mon système de référence, vous le connaissez puisque vous avez parcouru ce forum. Sachez qu'avec d'excellents vinyles, cet assemblage - dont les références dénigrées peut-être à juste titre vis-à-vis des légendes aussi rares qu'inaccessibles Marantz, mais aussi peut-être par méconnaissance un peu snobe, il faut le dire - permet de passer de nombreuses heures d'écoute sans fatigue, mais au contraire avec beaucoup d'émotion. D'ailleurs, si l'on perçoit des différences évidentes avec des systèmes très haut de gamme, celui-ci ne donne pas envie de l'oublier dans un coin et encore moins de le revendre!

Un bon système, à mon sens, ce n'est pas un système construit pour un ou deux types de musique. Une chaîne pour le rap, l'autre pour Diam's, l'autre pour tirer la chasse. Non. Pour moi, une bonne chaîne est un système équilibré et homogène. Termes radotés à tue-tête certes par mille et un vendeurs des mille et deux boutiques hi-fi...

Un peu de smooth jazz pour commencer! Grover Washington Jr. et ses excellents albums!


Inner City Blues est enregistré avec excellence... Quoi de plus difficile que d’interpréter ces sommets de la musique Jazz dont les radios, campagnes publicitaires ou pots-pourris télévisuels nous ont rabâchés les oreilles à n'en plus pouvoir? Georgia On My Mind, Ain't No Sunshine... sont magiques par notre ami du R&B! La pureté des instruments, leur nuances, leur puissance sont retranscrites de telle manière que rien ne vient gâcher le plaisir. Les rares réserves que j'émets proviennent de l'image stéréophonique, certes ample, large et profonde mais dont la focalisation n'est pas parfaite sachant que la pièce ne permet pas de n'avoir rien entre les diffuseurs...

Le rythme, la sensualité... SECRET SOUNDS nous fait taper du pied, vibrer le ventre et murmurer la mélodie comme si nous avions l'instrument en nous...

A suivre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum